Six objectifs pour un ensilage stable

(Source : Jerome Caron, Agronome, Societe Majeco Inc)

 

Controler la fermentation

La température de l’ensilage ne devrait pas excéder de plus de 9 à 11 ºC la température ambiante au moment  de la mise en silo. Les grandes structures d’entreposage conservent la chaleur plus longtemps que les lus petites, et les ensilages plus humides conservent la chaleur plus longtemps que les ensilages plus secs. La chaleur peut être un indicateur de fermentation aérobie excessive ou de reprise trop lente.

 

Faible pH

  • Le pH pour les ensilages de légumineuses devrait se situer entre 4,0 et 4,5.
  • Le pH pour les ensilages de maïs, céréales et graminées devrait se situer entre 3,8 et 4,2.
  • Le pH pour le maïs humide devrait se situer entre 4,0 et 4,5.
  • Le pH sera plus bas pour les ensilages plus humides.
  • N’oubliez pas : le pH final ne vous indique pas le temps qui a été nécessaire à l’atteindre!

 

Assurer le bon spectre des acides de fermentation

Idéalement nous aimerions obtenir un rapport plus grand que 2 : 1 entre l’acide lactique et l’acide acétique. L’innoculation avec des bactéries lactiques homo-fermentaires augmentera ce rapport. Cependant, meilleure est la fermentation, plus la quantité de sucres conservés dans l’ensilage est grande. Combiné à celà la faible teneur en acide acétique, on obtient une moins stabilité aérobique donc une durée hors-silo plus courte. Une teneur élevée en acide butyrique  est une indication de fermentation clostridiale. Les ensilages d’acides butyriques subiront de plus grandes pertes de matière sèche et d’énergie, en plus de manquer d’appétence.

Les ensilages traités avec certains conservateurs ou additifs bactériens (contenant des souches de L. Buchneri) peuvent diminuer les rapports AGV lactiques/acétiques plus bas que traditionnellement recommandé à cause d’une plus grande production d’acide acétique propionique. Par contre, ces ensilages traités avec des additifs L. Buchneri ayant ces profils altérés d’AGV ont généralement une durée hors silo prolongée sans effets négatifs sur la consommation de matière sèche.

 

Conserver les hydrates de carbone hydrosolubles

Le niveau d’hydrates de carbones hydrosolubles (GHS, sucres végétaux) varie selon le type de récolte. L’ensilage de maïs aura typiquement plus de GHS que les graminées ou la luzerne. La teneur en GHS de la luzerne est moins élevée parce que cette récolte a un pouvoir tampon très élevé et exide une plus grande quantité d’acides pour atteindre un pH stable inférieur à 4,5. Les ensilages immatures auront typiquement des teneurs en GHS plus élevées que les récoltes plus matures.

Plus la fermentation est efficace, plus les hydrates de carbone de l’ensilage sont conservés. Les hydrates de carbones solubles sont essentiellement digestibles à 100 % et contribuent à la teneur en énergie de l’ensilage.

 

Minimiser la dégradation de la protéine

NH3-N : % de l’azote total est un indicateur de la longueur de la fermentation et peut être un indicateur de fermentation clostidiale. Les valeurs devraient se situer en bas de 10 % dans le maïs/céréales et en bas de 15 % dans les graminées/légumineuses. Plus rapide est la fermentation, moins il y a de protéolyse.

Protéine endommagée par la chaleur : l’ADIN % de la teneur totale en azote inférieur à 12 % indique une surchauffe pour tous les ensilages de fourrages et peut demander une correction de la teneur en protéine de la ration.

N insoluble à la pepsine : un % de l’azote total supérieur à 20 % indique une surchauffe dans le cas du maïs-grain, maïs-humide ou maïs-épi.

 

Minimiser l’activité aérobie à la reprise

Organismes aérobies : < 100 000 (10e5) ufc/g * d’ensilage (tel que servi). Un exemple : les espèces de Bacillus.

Moisissures : < 100 000 (10e5) ufc/g d’ensilage (tel que servi). Parmi les exemples, on compte les espèces de Mucor, Monilia, Aspergillus et Penicillium.

Levures : < 100 000 (10e5) ufc/g d’ensilage (tel que servi). Parmi les exemples, on compte les espèces de Canadida, Hansenula et Saccharomyces.

* ufc/g: unité formatrice de colonie par gramme de fourrage ou de grain.

 

Pour de plus amples informations sur nos inoculants d’ensilage de marquer Sila-Bac, je vous invite à visiter notre section  »Inoculants d’ensilage » dans la section produits!